Insta-chroniques

Renaissance, recueil de nouvelles.

Pause lecture avec Renaissances, un recueil de nouvelles qui reconstruit le monde d’après la crise. A travers six textes d’auteurs et autrices de science-fiction, le lecteur découvre des sociétés nouvelles qui réinventent nos façons de vivre, nos modes de fonctionnement et nos façons de penser.

 

Des univers construits sur les ruines d’un ancien monde, le nôtre, des sociétés, des communautés nées après la grande catastrophe. J’ai adoré parcourir ces six histoires qui appellent à un renouveau, chaque nouvelle offrant un possible, une alternative à la société telle que nous la connaissons aujourd’hui, fragile, incertaine, mise à mal.

 

Terriblement ancré dans notre réel, le recueil prend appui sur cet épisode de crise sanitaire que nous traversons toutes et tous. Une façon aussi de nous rappeler que nous vivons l’Histoire et j’en ai été déconcertée dès les 1eres lignes. Loin des utopies traditionnelles, des univers futuristes et des romans post-apocalyptiques, ces textes font sens et abordent à travers la fiction des problématiques sociétales actuelles : écologie, énergies renouvelables, consommation, éducation, vivre ensemble …

 

Tournées vers l’avenir, avec souvent la nature en toile de fond, chaque nouvelle considère notre monde avec un œil plus vert. De quoi questionner nos élèves. En 4eme, par exemple, sur le thème de la ville avec la nouvelle Solange de Paris, ode aux fermes verticale, aux cités maraîchères, à une gestion raisonnée de notre alimentation et de nos déchets. La fin du monde, que j’ai adoré et sur laquelle mes 4eme travailleront l’an prochain, aborde la question d’Internet. Soumis à un permis, validé après un test, limité dans le temps et totalement désuet aux yeux de beaucoup, il est un Eldorado aux yeux Gwen. La Fresque pose la question de la place de l’art et de la culture dans un monde où la mission principale de chacun reste la survie.

 

Dans La ferme au chapeau vert, les 3eme pourront s’interroger sur les dérives d’une société autarcique, trop repliée sur elle-même. Et, Meurtre dans la Douceur, les conduira à s’interroger sur la notion de propriété, la nouvelle pourrait d’ailleurs être une belle amorce pour travail le Discours sur l’origine de l’inégalité de Jean-Jacques Rousseau.

 

Outil supplémentaire et non des moindres l’exposition Renaissances à la Cité des sciences et de l’industrie dont le livre est pensé comme un prolongement. (exposition terminée, mais l’expérience virtuelle en ligne reste visiblement accessible ici).

 

N’hésitez pas si vous souhaitez découvrir ces Insta-chroniques avant leur publication ici, à me rejoindre sur Instagram ! Au menu, lectures, coups de coeur et PAL en extension ! A très bientôt, Céline. 

Commentaires fermés sur Renaissance, recueil de nouvelles.